Habillé de grotesques antiques ou de panoramiques romantiques, de fresques Renaissance ou de décors peints sur lambris des demeures de l'Ancien Régime, le mur, aveugle par nature, peut devenir le lieu d'une lecture où le regard circule ; immobile et opaque, il peut être porteur de mouvement de lumière et de couleur.
L'apparence d'un mur n'est jamais neutre, ni fortuite.
Elle a ce pouvoir magique de restituer à chaque pièce son statut de loge au théâtre du monde.

 

 

Benoît Lumeau d'Hauterives